L’haltero

IMG_6008 NB

Peut être avez vous déjà entendu ce terme que l’on associe souvent à la pratique de l’Haltérophilie. En effet, lors d’un Clean ou d’un Snatch, on retrouve une extension simultanée des articulations de la cheville (du pied), du genou et de la hanche. On retrouve aussi cette triple extension dans certains mouvements de Strongman, dans les Sprints ou dans le Sauts.

Lors de cette triple extension, toutes ces articulations ont été mobilisées simultanément dans leur pleine capacité d’extension afin de générer une force / vitesse maximale, engageant tous les muscles du Bas du corps dans un seul et même effort. Avec une telle description, on comprend rapidement que la contraction rencontrée lors d’un mouvement d’Haltérophilie est la même que celle rencontrée dans de nombreux mouvements du CrossFit ou dans de nombreux sports.

Voilà qui explique en grande partie le succès des mouvements issus de l’Haltérophilie dans le CrossFit !
Les bienfaits des mouvements d’Haltérophilie :

– Puissance / Explosivité : Les mouvements d’Haltérophilie sont, par définition, des mouvements “en puissance”. Ils demandent de générer une certaine vitesse pour être réalisé, et, à ce titre, ils améliorent la puissance / explosivité, rendant le système nerveux central plus “efficace” dans cette tâche. Ainsi donc, ils améliorent la vitesse de contraction des muscles lors d’un mouvement, ainsi que le nombre de fibres musculaires recrutées lors d’un mouvement. Gagnant-gagnant !

– Force : Les mouvements d’Haltérophilie demandant vitesse, coordination, souplesse ainsi qu’une technique solide, ils ne permettent pas de manipuler de charges aussi lourdes que des mouvements plus “simples”, comme certains de ceux que l’ont peut trouver dans le Strongman ou dans la Force Athlétique. Néanmoins, je pense qu’on est tous d’accord pour dire qu’un type qui est capable de prendre une barre de deux fois son poids au sol et de la placer au dessus de sa tête en deux mouvements explosifs, le tout en moins de 10 secondes, est quelqu’un de sérieusement Fort.

– Coordination : Lors d’un Arraché par exemple, l’athlète enchaine un premier tirage, durant lequel le bassin se redresse et les jambes se tendent, puis un second tirage, ou arrive la fameuse triple extension ainsi qu’une flexion des bras, puis un saut durant lequel l’athlète va commencer à passer sous la barre en dépliant les bras, pour se réceptionner en flexion complète (Squat à pleine amplitude), les bras tendus, tenant fermement la barre. Et oui, tout ça. Belle exemple de coordination, non ?

– Souplesse : L’Haltérophilie sollicite toutes les articulations dans une amplitude importante, voire maximale. Sur le plan scapulaire, l’athlète doit être capable de tendre totalement les bras lors d’un Jeté. Sur le plan thoracique, il doit pouvoir garder les bras tendus et le buste relativement droit en flexion profonde lors d’un arraché. Cette même flexion profonde qui demande une amplitude de flexion maximale au genou et à la cheville, ainsi qu’une importante mobilité au niveau des hanches. Devenir plus fort, c’est bien, devenir plus fort ET plus mobile, c’est mieux !

– Décélération et absorption : Lors de la réception de la barre en Haltérophilie, l’athlète doit encore réussir à freiner le mouvement et à stabiliser sa position avant de chercher à remonter. C’est le même phénomène qui arrive, par exemple, à la suite d’un Sprint. De plus, dans de nombreux sports ou les sprints et fortes accélérations sont nombreuses, c’est lors de cette décélération que les blessures surviennent le plus souvent, or, les mouvements d’Haltérophilie peuvent aider à éviter ça, grâce à une meilleure compréhension de la décélération. Vient ensuite l’absorption, par exemple, lors d’un Clean, l’athlète doit réceptionner la barre sur ses épaules, et ce, sans endommager ses épaules, il apprend donc à absorber la charge pour la réceptionner sans risque. Ce qui, là aussi, est utile dans les sports ou le nombre d’impacts plus ou moins violents est élevé.

– Posture : Les mouvements d’Haltérophilie assouplissent grandement les hanches, ouvrent la cage thoracique et les épaules. En bref, ils peuvent contrebalancer à eux-seuls la perte de mobilité liée à la posture assise, aux longues heures de conduite ou de bureau, et, au sens large, à la sédentarité. Pour plus de détails sur ce point, n’hésitez pas à lire notre article sur les bienfaits de l’Haltérophilie sur la posture. A ce titre, on peut même constater que ma propre posture et ma mobilité se sont améliorée depuis que j’ai écris cet article, en Mai ! 🙂

– “Badassness” : Parce que se retrouver avec les tibias écorchés, les mains pleines de magnésie, à se jeter sous une barre qui pèse de 20 ou 40 kilos de plus que soi en poussant un hurlement, avant de jeter cette dernière au sol, c’est la classe. Et ça fait du bien. Rien à voir avec les athlètes ou le CrossFit ? Bah si, ils s’éclatent !

Laisser un commentaire